Relaxation et rééducation respiratoire intégrée

(RRRI)

La « Relaxation et Rééducation Respiratoire Intégrées (RRRI) »,  expertise unique, a été développée par Benoît Tremblay, inhalothérapeute, à la fin des années 1970. Celui-ci a développé son expertise à partir de la réadaptation respiratoire et du réentraînement à l’effort chez les patients atteints d’une maladie pulmonaire obstructive chronique (MPOC). La pratique est enseignée depuis 1992 aux inhalothérapeutes en formation continue ainsi qu’aux étudiants en inhalothérapie, de niveau collégial au Québec et de niveau universitaire à Moncton depuis 2009.  Elle est enseignée aux physiothérapeutes, infirmières et autres professionnels de la santé québécois et suisses depuis 2005.

En approches traditionnelles, elle est dispensée dans différents centres ou écoles de massothérapie, naturothérapie et naturopathie, une école de yoga et  un centre zen depuis1995 jusqu’en 2009.

La Relaxation et Rééducation Respiratoire Intégrées (RRRI) est la synthèse de différentes techniques de « relaxation ». À tous les stades de la vie, elle contribue à améliorer, maintenir ou freiner la régression de la capacité inspiratoire limitée par le stress chronique, qui est une source d’anxiété. En permettant de moins forcer pour respirer, moins d’énergie est dépensée. C’est une approche préventive à tout âge, que l’on soit atteint d’une maladie pulmonaire ou pas.

La RRRI est un outil pour libérer l’inspiration, donc pour faciliter l’expiration forcée lors de tout effort intense.

Relaxation (se poser)

  • La relaxation ne consiste pas seulement à se détendre avec de la musique, avec une méthode précise en écoutant une cassette, à se reposer le week-end, durant les vacances ou après une journée de travail ;
  • relaxer veut aussi dire se poser dans chaque activité quotidienne ;
  • en se posant, une rééquilibration du tonus musculaire de tout le corps a lieu.
  • les exercices, les mobilisations, les techniques de massage et la méditation active servent à se poser.
  • cet état de relaxation correspond à la capacité d’inspirer et d’expirer en faisant le moins d’effort possible pour suffire à nos besoins ;
  • le niveau de relaxation correspond, pour les professionnels de la santé pulmonaire, à la capacité résiduelle fonctionnelle.

Rééducation (tout simplement évoluer)

  • Conserver ce qui est juste ;
  • modifier partiellement certaines choses ;
  • délaisser ce qui n’est plus nécessaire ;
  • ajouter ce qui manque ;
  • relier le tout ;
  • l’intégrer au quotidien.

Respiratoire

  • Concerne bien sûr l’appareil respiratoire (poumons, bronches) ;
  • concerne tous les muscles du corps qui participent au mouvement respiratoire : de la tête aux pieds. D’ailleurs, le travail commence la plupart du temps par les pieds afin d’équilibrer les fondations du corps de telle sorte que les tensions de la partie supérieure du corps puissent lâcher.

Intégrée

  • Mettre en pratique la RRRI le plus souvent possible dans nos activités quotidiennes ;

après un exercice, marcher pour que le corps intègre les changements dans un mouvement habituel en conservant le résultat sans chercher à faire quoi que ce soit.

La RRRI se présente sous la forme de séances individuelles d’environ cinquante minutes. Des séances de groupe peuvent les compléter.

Une approche d’exercices de la voix et de méditation active ajoutent encore plus de profondeur et de sens à l’expérience afin de rendre toute personne encore plus autonome.

Des conférences – ateliers sont disponibles comme introduction à la méthode.

De toute façon, le concept peut  ─ et doit ─ être adapté à chaque personne.

Pour imprimer ce texte en version ou