Presque plus personne ne respire adéquatement

« Il en va de la santé comme de la vie, on en devient conscient que lorsqu’elle est menacée. Du coup, on saisit son prix. Faute de quoi, on respire sans même s’en rendre compte . »

Presque plus personne ne respire adéquatement ! La vie moderne est très exigeante et de plus en plus de personnes sont à bout de souffle… tout comme le réseau de la santé. En effet, il est remarquable que nous dépensions une trop grande quantité d’énergie uniquement pour inspirer. À tel point d’ailleurs que nous dépassons largement nos limites. Concrètement, cela veut dire qu’une trop grande partie de nos muscles se retrouvent en tension permanente, sans même que nous en soyons conscients, parce que nous nous sommes habitués à cette façon de respirer. Autrement dit, cette habitude malsaine est devenue normale et, pire encore, elle est valorisée.

Les problèmes respiratoires sont en nette augmentation :

  • Les maladies pulmonaires [1] : asthme, emphysème, bronchite chronique, fibrose kystique, pneumonie, etc.
  • Les maladies respiratoires : hyperventilation, hypoventilation, apnée du sommeil, difficultés à respirer liées à de l’anxiété, etc.

Chaque jour nous rencontrons des gens de tous les âges atteints de ces problèmes. Et, plus surprenant encore, ils sont aussi en progression chez des personnes qui font du sport, du yoga ou toute autre activité accordant une grande importance à la respiration…

D’autres causes contribuent à rendre la respiration difficile :

  • De nombreux mythes entourent la respiration ;
  • Des informations incomplètes et contradictoires circulent sur la manière de respirer ;
  • Une panoplie trop vaste de techniques respiratoires existe sur le marché ;
  • En croyant inspirer adéquatement, nous forçons en pure perte ;
  • Nous utilisons nos muscles inspirateurs pour expirer et nos muscles expirateurs (abdominaux) pour inspirer !

On ne peut pas continuer ainsi à courir après son souffle

Comment s’y retrouver et redonner un sens à la prévention, attitude personnelle, mais déterminante pour le maintien de la santé et de la qualité de vie ?

Un facteur commun à tous les problèmes respiratoires :

Une capacité inspiratoire diminuée et/ou forcée

Nous pouvons dès aujourd’hui retrouver les bienfaits d’une inspiration libre. Dès maintenant il est possible de faire mieux avec le potentiel de chacun,en prenant conscience de ses habitudes respiratoires d’abord, puis en modifiant ce qui peut l’être.

Pour un virage santé vers un meilleur équilibre de la santé respiratoire, nous devons développer des moyens de prévention et mieux gérer les soins. L’atteinte de ces objectifs passe par les moyens suivants :

  1. l’utilisation optimale des connaissances physiologiques ;
  2. la formation ;
  3. l’éducation ;
  4. la recherche.

Alors pourquoi attendre?

C’est une question de survie pour notre génération et les générations futures.

Trop de gens étouffent et souffrent inutilement. Des transformations progressives peuvent être mises en œuvre dès maintenant. Il n’est aucunement question ici de chercher des coupables ou de dénigrer telles activités sportives, tel programme d’entraînement, telle technique respiratoire. Il s’agit de faire le point, de reconnaître les ressources à nos dispositions et leurs limites puis, comme dans tout processus, de les améliorer au mieux de nos capacités.

Il s’agit donc de prendre conscience de la situation et d’amorcer un processus qui nous permettra d’acquérir graduellement une meilleure santé, un meilleur équilibre au cœur même de notre vie quotidienne.

C’est ce à quoi PneumaCorps se consacre. Comment ? en offrant une information rigoureuse de qualité ; en favorisant une réflexion susceptible de conduire à une action efficace des politiciens et des professionnels de la santé ; en améliorant la santé de la population en répondant à ce besoin vital :

Entre la foi et l incrédulité, un souffle
Entre la certitude et le doute, un souffle
Sois joyeux dans ce souffle présent où tu vis
Car la vie elle même est dans le souffle qui passe!

Être libre d’inspirer. Oui, mais comment ?


[1] L’édition de 2007 du rapport sur les maladies respiratoires au Canada, La vie et le souffle, fondée sur les données disponibles les plus récentes sur l’observation des maladies respiratoires chroniques au Canada, signale le besoin de prendre des mesures visant à aider les Canadiennes et les Canadiens à mieux respirer.

Pour imprimer ce texte en version ou