Plan de cours – Approches traditionnelles

Éducation à la santé respiratoire

Relaxation et rééducation respiratoire intégrée (RRRI)

Des soins intégrés pour une respiration saine

« Il en va de la santé comme de la vie on n’en devient conscient que lorsqu’elle est menacée. Du coup, on saisit son prix. Faute de quoi, on respire sans même s’en rendre compte ».[1]

« Avant de faire des exercices respiratoires, il est préférable, déjà, de respirer le plus librement possible »[2]

Mieux inspirer pour mieux vivre! Oui, mais comment ?

Préambule

La respiration est le fondement de la vie. Elle est essentielle de la première inspiration à la naissance à la dernière expiration en fin de vie, avant, pendant et après toute activité.

  • La respiration est la base de la vie dans les dimensions physiques, psychiques et sociales de tout être humain. Elle reflète les états d’esprit, les états d’âme.
  • Une inspiration  adéquate est liée à la qualité de vie.
  • La respiration étant une fonction autonome, peu de gens prennent vraiment  soin de leur respiration comme il serait avantageux de le faire chaque jour au même titre que bien manger, boire, se laver et dormir.
  • Inspirer le mieux possible c’est faire de la prévention.

La capacité inspiratoire peut diminuer par :

  • Le vieillissement naturel
  • Les maladies pulmonaires
  • Le stress chronique (tensions chroniques, anxiété, douleurs, déséquilibre postural)

Libérer l’inspiration plutôt que de forcer pour respirer


La libération de l’inspiration passe par la prise de conscience des tensions chroniques, puis à la capacité à se poser (se relaxer) dès leur apparition ou encore mieux avant qu’elles n’apparaissent. Encore faut-il comprendre et mettre en pratique ce qu’est un « état de relaxation fondamental ».

Forcer pour respirer ou relâcher les tensions et bien s’appuyer dans le bassin

Plutôt que de libérer le souffle, les gens forcent contre leurs tensions pour respirer. Cet effort peut faire du bien ou donner une sensation de bien être à court terme, mais en même temps, il augmente la dépense énergétique et le niveau de tensions à plus ou moins long terme. Au lieu d’être l’essence de la vie active, l’inspiration en devient le produit. Avec le temps la respiration est aussi devenue un acte volontaire trop axé sur l’expiration forcée.  Forcer inadéquatement l’expiration donne une fausse impression de bien-être.

Au lieu de forcer extérieurement avec leur corps, la respiration la plus efficace se fait en s’appuyant sur le sacrum (dans le plancher pelvien) et le sternum ce que nous appelons en RRRI le : CARPÉ.

Libérer l’inspiration…puis l’utiliser

Il est essentiel de libérer son inspiration par une rééquilibration de tout le corps, donc en obtenant un état de relaxation, avant toute activité surtout celles qui utilisent la respiration : yoga, chant, sport, zen, tai chi et toutes autres activités quotidiennes.

Comment s’y retrouver?

Devant la multitude de techniques respiratoires, de contradictions, de fausses croyances  et d’informations incomplètes (comme sur la respiration diaphragmatique et abdominale) il est devenu nécessaire d’être informé le mieux possible pour comprendre et utiliser adéquatement à une fonction aussi essentielle à la vie quotidienne.

Par exemple, avant d’expirer à fond pour aller chercher une inspiration maximale, il faut d’abord savoir comment revenir à l’état de relaxation fondamental là où existe un équilibre entre inspiration et expiration libre.

Comment inspirer ?

Lors d’une capacité inspiratoire libre et complète, le thorax et le tronc se soulèvent simultanément du pubis aux clavicules autant en avant que sur les côtés et dans le dos, sans mouvements extérieurs volontaires ou involontaires du corps. L’amplitude inspiratoire observée du tronc est la prolongation naturelle du poumon qui se remplit, du diaphragme qui pousse la masse abdominale dans le plancher pelvien (en appui sur le sacrum) , donc vers le bas et non vers l’avant.

Il est possible et essentiel de maintenir cette capacité inspiratoire à son plus haut niveau dans les limites individuelles de chaque être humain.

Voilà ce à quoi veut répondre l’enseignement PneumaCorps – Relaxation et rééducation respiratoire intégrée proposé à différents praticiens ou intervenants  du milieu médical et social tout comme les massothérapeutes, naturopathes, ostéopathes, homéopathes, intervenants en yoga, zen, tai-chi, Qi gong, méditation, PNL, enseignants, acteurs, chanteurs, ainsi qu’à toutes personne intéressée à acquérir et partager une hygiène de vie respiratoire dans sa famille ou son environnement social rapproché.

Relaxation et rééducation respiratoire intégrée…des exercices simples pour redécouvrir le plaisir de respirer librement, de maintenir la meilleure qualité de vie possible d’instant en instant.

ENSEIGNEMENT pour approches traditionnelles naturelles

L’éducation à la santé respiratoire comme mesure écologique et d’hygiène de base de vie

  1. La Relaxation et rééducation respiratoire intégrée (RRRI) est la synthèse de différentes techniques de relaxation dont les principes sont regroupés.
  2. Elle fait le pont entre la médecine moderne en pneumologie et les différentes approches traditionnelles comme le yoga, le zen et les techniques corporelles.
  3. Elle sert à optimiser la capacité inspiratoire et la posture  limitée par le stress chronique.
  4. Elle réduit ou enlève l’anxiété causée par une capacité inspiratoire insuffisante.
  5. Elle aide à mieux gérer le stress chronique et toute la panoplie de symptômes qui y sont reliés.
  6. Elle concerne autant la prévention que l’aspect thérapeutique, ceci à tous les stades de la vie.

À qui s’adresse la RRRI : à tous ceux qui respirent!

La RRRI apporte un support :

  • à tout âge
  • à toute situation de difficulté respiratoire : asthme, emphysème, MPOC, fibrose kystique, aphonie, toux, hyperventilation, troubles anxieux
  • à toutes personnes affectées par les symptômes de stress chronique
  • à tous ceux qui veulent apprendre à mieux gérer le stress de la vie quotidienne
  • à tous ceux pour qui respirer doit faire partie de l’hygiène de vie de base comme prévention de la santé à long terme

La RRRI  a été développée à partir de la pratique de la réadaptation cardio-pulmonaire à l’effort à la fin des années 70. Elle résulte de 30 années d’observation et de pratique clinique qui en élargissent la portée. Devant les évidences cliniques obtenues et en concomitance avec la technologie et la pharmacologie les plus récentes, elle permet de dépasser plusieurs limitations des programmes actuels en soins pulmonaires et en gestion du stress.

L’enseignement en « Relaxation et Rééducation Respiratoire Intégrée (RRRI) » permet à tous les intervenants en santé respiratoire de redécouvrir à leur rythme cette fonction intime et vitale pour l’intégrer dans leur vie quotidienne et celle des gens qui les entourent.

Les objectifs généraux de la formation sont

  1. Comprendre et se réapproprier l’hygiène respiratoire comme facteur de santé de naturel de base pour toute la population.
  2. Améliorer les interventions par une compréhension approfondie des liens qui existent entre le stress chronique, l’inspiration, la posture, la relaxation, et les différents comportements qui y sont associés dans les activités de la vie quotidienne.
  3. Favoriser une approche complémentaire cohérente, rapide et efficace, fondée sur l’actualisation des connaissances de base en santé respiratoire ;
  4. Favoriser la pratique personnelle des fondements de la RRRI chez les intervenants comme moyen de prévention primaire et d’éducation à long terme en santé respiratoire et en gestion du stress;
  5. Diminuer les coûts sociaux associés aux multiples problèmes respiratoires par une prévention adéquate et une responsabilisation  individuelle;

En prenant part à ce cours, et afin de bien intégrer et mettre en pratique les notions acquises, ils utiliseront, amélioreront ou développeront les habiletés suivantes :

  • Maîtriser la pratique sur eux-mêmes ainsi que la démonstration des exercices et techniques manuelles, afin de pouvoir les enseigner adéquatement à la population visée
  • Capacité à mettre en pratique individuellement, sur eux et leur clientèle, les connaissances actuelles en les reliant entre elles;
  • Capacité à observer, analyser et utiliser de nouveaux paramètres d’observation et d’intervention respiratoires et posturaux ;
  • Capacité à évaluer chez chacun le potentiel à développer à l’intérieur des limites individuelles de chaque personne
  • Capacité à développer le sens de l’initiative et acquérir une grande autonomie dans l’application de techniques qui seront mises en œuvre à partir de l’observation des réponses physiologiques et psychiques propres à chaque personne ;
  • Capacité de communiquer adéquatement avec chaque personne à toutes les étapes de sa maladie ;
  • Capacité à acquérir une flexibilité dans l’application éthique des principes de base de la relaxation et rééducation respiratoire intégrée ainsi que leur introduction progressive dans la pratique régulière ou à l’intérieur des programmes déjà établis ;
  • Capacité à utiliser les outils dans un continuum de petits gestes ;
  • Capacité à persévérer dans l’obtention des résultats ;
  • Capacité à établir une relation thérapeutique avec chaque personne par l’utilisation de techniques manuelles ;

Formation

Formation de 144 heures sur 3 ans (48 heures par année académique répartie sur 8 journées)

A. Formation de base  (1ère année)

  • 7.5 heures théoriques et 40.5 heures de pratique
  • Note : Le déroulement de la formation est adapté en fonction de l’ensemble de la matière à voir ainsi que des besoins spécifiques de chaque participant.
  1. Actualisation des connaissances théoriques sur la respiration
  2. Pratique personnelle des exercices
  3. Utilisation de la voix comme mesure de rétroaction de la pratique personnelle
  4. Examens théoriques et pratiques
  5. Dossier de suivi personnel
  6. Mesure des volumes pulmonaires* (facultatif si disponible, en dehors des heures de cours et implique des frais supplémentaires)
  7. 1 stage de voix d’une journée
    Notions théoriques

  1. Domaine de la santé globale : Pneuma : Le souffle corps – âme – esprit
  2. la RRRI et la prévention
  3. Origines de la RRRI
  4. Problématique en santé respiratoire
  5. Définition de la RRRI
  6. Avantages et limites de la RRRI
  7. Principes en RRRI
  8. Le deuil et la fin de vie
  9. Les étapes d’intervention
  10. Le mouvement respiratoire idéal
  11. La posture et le CARPÉ
  12. Le stress chronique et l’inspiration de compensation
  13. Le mouvement respiratoire adéquat et la ventilation dirigée consciente
  14. Les paramètres inspiratoires et expiratoires
  15. Le toucher en RRRI

  16. Évaluation clinique

  17. Les bandes anatomiques de stress dans l’évaluation et l’intervention
  18. Évaluation des asynergies
  19. Évaluation clinique : schémas respiratoires de base
  20. Évaluation clinique en position assise
  21. Évaluation clinique en décubitus dorsal
  22. Évaluation clinique à la marche
  23. Évaluation à la lecture, sons et voix
  24. La relaxation active et passive en tout temps (se poser)

  25. Aspects pratiques abordés :

  26. Techniques manuelles et biomécanique respiratoire
  27. Exercices de base et avancés
  28. Exercices et techniques manuelles autogènes
  29. Exercices de proprioception
  30. Souffle, sons et voix

Deuxième année (48 heures)

  1. Pratique personnelle des exercices, techniques manuelles et mobilisations
  2. Pratique entre les étudiants du groupe à l’extérieur des cours réguliers
  3. Pratique sur des personnes extérieures au groupe
  4. Observation d’interventions cliniques sur des personnes volontaires extérieures au groupe de formation
  5. Travail d’intégration sur les interventions cliniques
  6. Utilisation de la voix comme mesure de rétroaction de la pratique personnelle
  7. Examens théoriques et pratiques
  8. Dossier de suivi personnel
  9. 1 Dossier clinique d’un suivi externe
  10. Mesure des volumes pulmonaires* (facultatif si disponible, en dehors des heures de cours et implique des frais supplémentaires)
  11. 1 stage de voix d’une journée

Troisième année (48 heures)

  1. Pratique personnelle des exercices
  2. Pratique entre les étudiants du groupe à l’extérieur des cours réguliers
  3. Pratique sur des personnes extérieures au groupe
  4. Interventions cliniques par les étudiants sur des personnes volontaires extérieures au groupe de formation
  5. Travail d’intégration sur les interventions cliniques
  6. Utilisation de la voix comme mesure de rétroaction de la pratique personnelle
  7. Examens théoriques et pratiques
  8. Dossier de suivi personnel
  9. 2 dossiers cliniques de suivi externe
  10. Mesure des volumes pulmonaires* (facultatif, en dehors des heures de cours et implique des frais supplémentaires)
  11. 1 stage de voix d’une journée

B. Techniques d’enseignement :

  1. Cours magistraux : actualisation des connaissances théoriques sur la biomécanique de la respiration
  2. Démonstration des exercices et mobilisations en RRRI
  3. Pratique des exercices et mobilisations
  4. Travail en classe en  triade
  5. Retour sur la pratique en triade pour tout le groupe
  6. Démonstration individuelle devant le groupe (description de l’exercice ou la mobilisation, démonstration et accompagnement de l’exercice, démonstration et accompagnement de la mobilisation)
  7. Évaluation des volumes pulmonaires à l’extérieur de la formation

C. Évaluations :

  • Évaluation continue pratique
  • Examens théoriques début de chaque cours en première année
  • Examens théorique en fin de chaque année
  • Examens pratiques fin de chaque année
  • Journal de bord

D. Moyens didactiques :

–         Power-point pour les cours théoriques

–         Le manuel de support de cours à la formation comprend :

  • 4 modules théoriques
  • 1 module d’évaluation clinique par bande anatomique de stress chronique
  • 1 module d’exercices de base
  • 1 module d’exercices avancés
  • 1 module d’exercices autogènes par le patient
  • 1 module de techniques manuelles et de mobilisations
  • 1 module bibliographique

Pour imprimer ce texte en version ou


[1] BOURGEAULT Guy, Pour un nouvel art de vivre, Presses Université de Montréal, 2001, p.89

[2] Tremblay Benoît