Les asynergies respiratoires

Les asynergies respiratoires sont le résultat de tensions chroniques. Celles-ci  causent des mouvements réflexes ou des déformations de la biomécanique respiratoire qui vont en contradiction avec une respiration libre.

Ces tensions sont toujours présentes, mais on ne les ressent pas nécessairement lorsque nous inspirons normalement. Nous nous y habituons, en faisons un état normal, bien qu’elles s’avèrent malsaines.  Ces asynergies sont surtout détectées et évaluées à la marche, debout et en position couchée.

Elles sont révélées par les tests suivants :

  1. Inspiration rapide à grande amplitude (IRGA)
  2. Expiration lente et forcée
  3. Test de lecture ou émission d’un son

Voici quelques exemples d’asynergies :

  • Extension de la tête
  • Élévation des yeux, froncement exagéré des sourcils et des muscles frontaux
  • Projection de la mâchoire en avant
  • Élévation exagérées des épaules à l’inspiration
  • Bombement du thorax à l’inspiration et à l’expiration (respiration paradoxale)
  • Épaule plus haute ou plus basse que l’autre
  • Tensions dans les mains et les doigts
  • Affaissement du tronc à l’expiration
  • Étirement de la taille et fermeture des côtes à l’inspiration
  • Contraction exagérée des muscles fessiers
  • Élévation des pieds ou orteils
  • Hyperextension des genoux
  • Perte d’équilibre avant ou arrière en inspirant
  • Enroulement des épaules et poignet surélevé (couché)
  • Un pied en flexion plantaire et l’autre en flexion dorsale (couché)

Comme ces asynergies (et bien d’autres encore) sont normales, il est important, dans le cadre de la libération du souffle, de ne pas essayer de les dissimuler.  Au contraire, le fait de les sentir et de les accepter permet de détendre le corps par des exercices.

Pour imprimer ce texte en version ou