La respiration et la voix

« Et quand nous chantons les psaumes, tenons-nous de telle sorte que notre esprit soit d’accord avec notre voix [1]. »

La voix est un moyen de communication important pour chacun de nous.  Encore plus pour ceux qui l’utilisent professionnellement comme les comédiens, les chanteurs, les enseignants et les orateurs.

Il y a plusieurs façons d’exercer la voix. Poser la voix, c’est d’abord poser le corps. Ce qui est certain, c’est que la voix vient du souffle.  La voix se prépare tout d’abord par une inspiration libre et appuyée sur le sacrum.  La voix représente l’expression de notre liberté intérieure, du lien avec le sacré en soi. Elle traduit la relation qu’il y a entre l’inspiration, la posture et l’équilibre du corps. On peut ainsi dire que le corps est un instrument qui, une fois accordé (corps, âme et esprit), permet d’émettre la voix.

Personne ne chante faux ! Une voix dite « fausse » est la voix d’un corps « désaccordé », dont l’équilibre est maintenu par un excès ou une insuffisance de tensions. Ce symptôme est dû au stress chronique.

L’exercice et la voix

Exercer sa voix, c’est vivre une expérience au cours de laquelle la voix reflète un état d’âme (physique, mental, émotionnel et social) à un moment précis ; c’est contacter dans le silence la partie de l’âme prisonnière du moi, pour laisser émerger l’Être essentiel, le libérer dans une action juste ;  c’est passer d’un état d’équilibre plus ou moins forcé à un état plus sain, plus détendu ; c’est s’écouter, se ressentir, se voir et s’accepter tel que l’on est sur le chemin de la transformation.

Par une prise de conscience des tensions du moi ─  l’excès de stress ─, que ce soit couché, assis, debout ou à la marche, le thérapeute (celui ou celle qui prend soin) vous accompagne vers l’émancipation par des mouvements simples. Cet exercice se fait au piano, sur le son « a » joué sur trois octaves (que tous les êtres humains arrivent à reproduire).

Depuis quelques années, j’ai observé la difficulté grandissante pour les femmes d’émettre la voyelle « a » dans les notes aigues, et pour les hommes d’émettre la même voyelle dans les graves. Ces dernières nous supportent et nous orientent vers l’extérieur alors que les aigues expriment  la mise en action libre et concrète du soi dans nos activités quotidiennes, d’instant en instant. Pour moi, cela représente  l’exercitium ad integrum de Durckheim dans son livre Hara, là où chaque participant, grâce à des exercices individualisés, peut retrouver une autonomie de plus en plus grande.

L’exercice de la voix favorise la réunification et l’équilibration saine (plutôt que l’opposition) des principes masculin et féminin propres à chacun. Il permet de retrouver  l’équilibre entre la droite et la gauche,  l’avant et l’arrière, le haut et le bas du corps. L’exercice de la voix, c’est une base essentielle pour apprendre à laisser les pieds se poser sur le sol et à avancer librement, pas à pas, où chacun d’entre eux est la voie individuelle vers la transformation de l’Être, commun à tous.  Nous devons nous rapporter à la biomécanique respiratoire pour comprendre comment la rééquilibration entre les épaules et le bassin permet d’être à la fois plus solide et plus souple au sol, tout en libérant la capacité inspiratoire.

S’il est souhaitable d’évaluer la capacité inspiratoire scientifiquement, il est aussi possible « d’entendre » cette capacité inspiratoire lorsqu’elle est émise librement.

Les tensions chroniques étouffent la voix et mettent de la pression sur les cordes vocales.  Il est préférable d’équilibrer le corps pour éviter les problèmes de cordes vocales.

C’est ce que propose la méthode PneumaCorps : entendre sa voix intérieure, l’accorder note par note, tension par tension, à l’aide d’exercices simples.

La libération de l’inspiration permet de libérer la voix afin de l’utiliser dans la vie quotidienne avec moins de fatigue, plus d’aisance et de satisfaction.

Les séances d’exercices de la voix vous sont proposées sous deux formes complémentaires afin de développer votre plein potentiel, à l’intérieur de
vos limites :

  1. Les séances individuelles où nous apprenons d’abord à être soi-même, à s’accepter tel que l’on est.
  2. Les séances de groupe où l’utilisation de la résonance du groupe accompagne et soutient  l’expression individuelle de la voix vers une communion de plus en plus équilibrée.  L’exercice collectif permet à chacun de trouver sa juste place à l’intérieur d’un groupe. Il nous permet d’accepter les autres tels qu’ils sont.
Accepter sa voix est le premier pas pour l’améliorer!

Pour imprimer ce texte en version ou


[1] Saint Benoît, Vie et Règle de saint Benoît, Montréal, Médiaspaul, 2007, ch.19, verset 7, p.172.