Hyperventilation ou Hypoventilation ?

Plus le stress chronique progresse, plus les gens développent de l’anxiété et ont de la difficulté à respirer. Conséquences : ils forcent pour respirer davantage et plus vite. On peut alors parler d’hyperventilation.

Selon notre expérience, l’hyperventilation est souvent causée par une hypoventilation, c’est-à-dire par une inspiration insuffisante qui cause ou est causée par l’anxiété. C’est un peu comme l’œuf et la poule.

La cause que nous devons traiter est donc l’hypoventilation, qui est directement associée à l’anxiété.

Comme il y a toujours une certaine quantité d’air dans les poumons, il est préférable de lâcher les tensions pour inspirer plus facilement avant d’expirer dans l’intention de prendre plus d’air.

Il est préférable de ne pas forcer pour inspirer. Cela ne fait que renforcer les tensions et met la biomécanique respiratoire en équilibre forcé, ce qui est malsain et constitue une des causes des troubles anxieux.

Les troubles anxieux sont à prendre très au sérieux. Ils causent la plupart du temps une respiration thoracique haute. En respirant de cette manière, les gens provoquent encore plus de tensions et s’étouffent petit à petit en voulant s’aider.

C’est ici que, dans un premier temps,  la respiration abdominale peut aider. En réduisant la pression sur le thorax, celle-ci diminue l’anxiété et permet de revenir à un rythme respiratoire plus calme.

Mais c’est souvent une façon de déplacer le problème. D’ailleurs, de nombreuses personnes ne réussissent pas à apprendre cette technique et n’arrivent pas, avec raison, à en comprendre la logique anatomique.

À plus ou moins court ou long terme, cette respiration abdominale  creuse le dos, ferme les épaules, enfonce les côtes à l’inspiration, amène un équilibre forcé à la marche et, en bout de ligne, étouffe encore plus la personne.

Quant au sac en papier brun dans lequel on respire, la sensation de détente est généralement due à l’inspiration du CO2.

Certaines personnes auront besoin de médicaments pour contrôler les crises d’anxiété. La libération de la respiration par la RRRI,  vérifiée par les volumes pulmonaires, contribue au rétablissement de la santé respiratoire. Ici encore, il s’agit de trouver un équilibre entre l’approche rééducative et la médication, tant par la forme que dans le temps.

La situation est délicate, chaque jour nous la vivons. Il est important que les personnes qui recourent à la respiration abdominale et qui en retirent des bienfaits continuent de la sorte. Si elles le désirent, elles peuvent consulter un praticien PneumaCorps – RRRI avec l’accord du médecin traitant.

Pour imprimer ce texte en version ou